You are here

Le Point 25 juillet 2017

Le Point 25 juillet 2017

Emilie Banez, "Marché de l'art : un Français à la tête de la Foire de Maastricht Pour la première fois de son histoire, la foire d'art et d'antiquités nomme un Français à son comité directeur. Portrait de l'antiquaire Christophe de Quenetain, 42 ans.", Le Point, 25 juillet 2017:

"Dans la petite ville hollandaise de Maastricht se retrouvent, une fois par an, la seconde quinzaine de mars, toutes les sommités de l'histoire de l'art. Experts, marchands et acheteurs d'antiquités et de peintures, et directeurs des plus fameux musées négocient durant une dizaine de jours quelque 30 000 objets, transformant la bourgade brumeuse des Pays-Bas en capitale mondiale du marché de l'art. « The european fine art foundation », la Tefaf, déclinée depuis l'an dernier dans une édition new-yorkaise, est dirigée par une très petite équipe – six personnes actuellement. Et pour la première fois de son histoire trentenaire, un Français est choisi pour la rejoindre.  L'antiquaire Christophe de Quenetain, 42 ans, siégera aux côtés de Konrad Bernheimer, le propriétaire de la plus vieille galerie de tableaux au monde, Colnaghi, et de l'éminent spécialiste en antiquités, Ben Janssen. Spécialisé en mobilier et objets d'art des XVIIe, XVIIIe et XIXe, docteur en histoire de l'art, Christophe de Quenetain est également diplômé de l'école Boulle et – c'est plus incongru – de l'Institut des hautes études de la défense nationale : « J'y ai étudié, car je voulais me coucher moins bête », explique-t-il. Davos de l'histoire l'art  L'homme, qui vit entre Paris et Londres, exerce son métier en chambre. « Cela signifie que je n'ai pas de galerie, je reçois sur rendez-vous, la pratique est de plus en plus courante dans notre domaine. Elle me laisse un peu de temps pour me consacrer à la recherche », explique l'auteur de plusieurs monographies, aujourd'hui attelé à celle du peintre français de la fin du XVIIIe, Étienne-Barthélémy Garnier. Christophe de Quenetain s'est distingué en vendant des œuvres au Metropolitan Museum of Art de New York, comme à la National Gallery de Londres, il a également vendu au Louvre une assiette provenant du service de Louis-Philippe.  La nomination d'un Français dans ce cénacle d'experts bénévoles est un signal positif pour notre pays, troisième exposant de la foire. Son rôle consistera à choisir avec ses pairs les exposants, les stands et les membres de la commission d'experts, le redoutable « vetting ». Ce comité bénéficie du pouvoir de retirer des stands tout objet dont l'authenticité serait à ses yeux douteuse ou bien dont il estime la qualité insuffisante. Les objets ainsi pointés sont alors illico embarqués vers le « Salon des refusés ». « Et les exposants n'ont le droit de faire que trois appels pour s'élever contre », sourit Christophe de Quenetain. L'antiquaire, qui a commencé à exposer à Maastricht « sur 5 mètres carrès il y a six ans », dit beaucoup devoir à ce Davos de l'histoire de l'art, « la foire m'a permis de passer au statut de marchand international ». (...)"